Mon avis sur La Petite Communiste qui ne souriait jamais, de Lola Lafon

Discipline, politique et récit. Trois mots pour désigner ma dernière lecture.


L’autrice raconte la jeunesse de Nadia Comăneci. Une fille issue d’une famille modeste qui deviendra une athlète. Inespéré. On suit cette gymnaste roumaine à travers son enfance, ses entraînements, ses compétitions. On explore ce monde fait de rigueur, de discipline et de sacrifices. Les exercices répétés mille fois, la prise du moindre gramme calculée, la lutte contre le corps de femme.


La jeune fille gagne. D’abord un peu, et puis toujours. La mécanique parfaite. Elle multiplie les exploits et reste aujourd’hui l’une des gymnases les plus (re)connues au monde. Érigée en symbole de la réussite du pays, elle parade, médailles autour du cou. Sans un sourire. Derrière ses saltos et ses figures, c’est le communisme et le capitalisme qui s’affrontent.


L’autrice raconte. Nadia aussi.

Je ne peux que vous le conseiller ! Vous l’avez lu ? Aimé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s