Mon avis sur Elle voulait vivre dans un tableau de Chagall, de Gaëlle Fonlupt

Louiza et Niels dansent un ballet au milieu des eaux vietnamiennes que la terre peine à boire. Entre chaque étreinte, ils s’éloignent, l’un en costume cravate vers le quai d’Orsay, l’autre appareil photo à la main, vers les rites ancestraux qu’elle cherche à immortaliser. Elle a vécu, il a encore les épaules d’un adolescent. Un amour sans avenir dans lequel elle se laisse immerger.


Il y a aussi Lou, que les soignants abrutissent de médicaments. Qui doit cacher sa révolte pour être délivré des sangles qui l’enserrent. Plier, pour pouvoir errer entre des murs immaculés.


Dans un récit peint d’images et de métaphores, qui convoque les paysages des côtes bretonnes et ceux de la multiplicité des quartiers d’Hanoï, l’autrice manie le tu avec brio pour nous laisser entrer dans la tête du personnage. Avec son écriture travaillée qui ne laisse apparaître qu’une impression de déroutante facilité, elle donne à voir la solitude, la résignation et la perte. À lire et à offrir.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s